dimanche, août 22, 2004

Coup de Coeur

Cette excellente reprise jazzy de Peter Cincotti de la chanson « Sway », de Dean Martin, est dédiée au cœur d’ange qui se reconnaîtra.


Sway


When marimba rhythms start to play
Dance with me, make me sway
Like a lazy ocean hugs the shore
Hold me close, sway me more

Like a flower bending in the breeze
Bend with me, sway with ease
When we dance you have a way with me
Stay with me, sway with me

Other dancers may be on the floor
Dear, but my eyes will see only you
Only you have the magic technique
When we sway I go weak

I can hear the sounds of violins
Long before it begins
Make me thrill as only you know how
Sway me smooth, sway me now

Other dancers may be on the floor
Dear, but my eyes will see only you
Only you have the magic technique
When we sway I go weak

I can hear the sounds of violins
Long before it begins
Make me thrill as only you know how
Sway me smooth, sway me nowYou know how
Sway me smooth, sway me now


C'était un coup de coeur encore très spécial

jeudi, août 12, 2004

Haine, Honte et Horreur, d’une certaine opposition dite démocratique* (**)

Après mon dernier texte « Recherche désespérément des démocrates bébés-éprouvette », je me suis dit qu’il est temps de passer à autre chose en pensant idéologie politique et production intellectuelle, ce que je faisais plus à une certaine époque, au dépens des notes de bas de page, des magouilles, de la censure et au-delà de Sihem Ben Sedrine, de Zouhair Yahyaoui ou de la modération de Tunezine. Même si je pense personnellement, et contrairement à beaucoup de personnes de l’opposition ou de l’espace virtuel, que le combat pour la liberté d’un pays passe forcément par des petits combats au quotidien pour cette même liberté à tous les échelons d’une société afin de confronter la théorie à la pratique et les paroles des uns et des autres à leur propres faits et gestes.

Hélas, l’insuffisance des médiocres de cette opposition qui ne peut exister que par le nivellement vers le bas de tout un peuple, m’oblige, encore une fois, à réagir à l’interview donnée par Oum Zied publiée sur Kalima et de dénoncer une fois pour toute cette magouille généralisée, son instigateur et ses auxiliaires afin que chacun de nous soit conscient des enjeux personnels qui se font sur le dos de la Tunisie et des tunisiens et pour qu’on ne dise pas après coup qu’on savait pas, comme lorsque c’était le cas de l’OPA sur le CNLT ! (À noter qu’Oum Zied n’a pas cessé de donner des interviews presque mensuelles à Kalima ! Un mois en tant que journaliste, un autre mois en tant de représentant du CPR, un autre mois en tant qu’écrivaillon, etc.…C’est peut-être cela qu’on appelle le journalisme de copinage !).

Je remarque, aujourd’hui, que Kalima, le journal en ligne financé par RSF, a pour ligne éditoriale la mise à mort virtuelle d’un « anonyme » qui ne cesse jour après jour de mettre à nue les magouilles politiques et financières dont certains « opposants » sont les principaux protagonistes, et cela depuis des mois.

Un jour sous la plume haineuse d’Amor Mestiri pour me traiter de super flic pire que les agents de la Stasi, cela suite à ma dénonciation de la mise à l’écart programmée de Moncef Marzouki résultante de la réunion d’Aix I et le complot Chokri Hamrouni et Sihem Ben Sedrine qui sont les véritables organisateurs de cette manifestation. Ensuite, dans une note de bas de page honteuse de Sihem Ben Sedrine, suite à ma mise à nu de son OPA réelle sur le CNLT au dépend de Nejib Hosni, dans laquelle je suis désigné comme flic. Enfin, dans une interview horrible d’Oum Zied, suite à mon texte « Trop de droit de l’homme tue les hommes », dans laquelle elle m’a traité de tous les noms.

Au fait, ce qui me désole dans la réaction abominable d’Oum zied**, avec son âge avancé, tous les égards qu’on lui doit et toutes les multi-casquettes qu’elle possède, c’est qu’enfin de comptes elle n’a rien compris à ce que je disais dans l’article en question et plus particulièrement au passage qui la concerne***.

Au sujet de ce fameux passage, j’ai écris « Les défenseurs des droits de l’homme ne regardent jamais au-delà du régime lui-même, ils sont entièrement au service des ONG et leur existence est indissolublement liée à la cause des droits de l’homme. Les ONG des droits de l’homme sont pour les défenseurs de droit de l’homme les organes les plus essentiels à la société, l'unique source de prestige et de pouvoir; ils doivent par conséquent être défendus par tous les moyens possibles. L’histoire de dernier putsch de Sihem Ben Sedrine ou l’affaire de Oum Zied, au sein CNLT, en disent long sur cette conception qu’ont les défenseurs des droits de l’homme des ONG. Cette même conception se trouve être partagée par Chammari et d’autres qui ont fait des droits de l’homme un fond de commerce. Charité bien ordonnée commence par soi-même ».

Soyons clair, je n’ai pas évoqué dans mon petite texte, comme le dit Oum Zied, (des fois des petits textes disent des vérités et ont du sens que les longs textes n’ont pas, ce n’est pas le nombre des lignes qui importe mais plutôt leurs portées), l’affaire judiciaire qui ne me regarde pas mais plutôt le nombre des communiqués et le tapage médiatique concernant cette petite affaire de 170 Euros, qui n’enrichissent et n’appauvrissent personne, alors qu’il y a les affaires des internautes de Zarzis et de l’Ariana que le CNLT a passé au second plan. C’est cela que je dénonce en particulier dans ce paragraphe, l’instrumentalisation d’une ONG par et pour ses membres, alors que mon petit texte appelle à plus de politique et à moins d’ONG parce que l’histoire n’a jamais vu un pays se libérer par les droits de l’homme.

Et c’est là que le bas blesse. Certains défenseurs des droits de l’homme à la recherche d’un destin « politique » se sont sentis visés par cette vérité de La Palisse pour qu’ils montent au créneau via leur auxiliaires.

Si certains naïfs de l’opposition, malheureusement ils sont un peu nombreux, discutent de l’utilité ou pas d’une participation aux élections d’octobres 2004, dont tout le monde connaît l’issu, et de la mobilisation imaginaire des tunisiens en faveur d’une action de boycott, les grandes manœuvres pour les élections présidentielles de 2009 ont déjà commencé pour le plus grand bonheur des intéressés, puisque cela se fait loin de tous les projecteurs.

Il ne faut pas perdre de vue qu’en 2009, toute une génération d’hommes politiques, dite de l’opposition, va disparaître de la scène sous l’effet de l’age, qu’il s’agisse de Mohamed Charfi, Khameis Chammari, Mustapha Ben Jaafar, etc.….. et qu’au même temps une autre génération politique, tel que Mokhtar Yahyaoui, Mohamed Goumani, Abderraouf Ayadi, etc.. va venir se compléter à la génération politique de Moncef Marzouki, Salah Karker, etc.. tous susceptible de briguer le mandat suprême. Toutefois, certaines personnes, dont Sihem Ben Sedrine, ne le voient pas de cet oeil et veulent s’immiscer à leur manière dans la course des futurs présidentiables, même si je pense, par pur défaitisme vu l’état de l’opposition, que la dictature aura encore son mot à dire.

Si je ne peux reprocher à quiconque toute ambition légitime dans cette course aux futurs présidentiables, il est le devoir de chacun de pointer du doigt les manipulations et les magouilles des uns et des autres dans la quête de leur destin politique. C’est le minimum démocratique qu’on puisse demander à des soi-disant démocrates, à savoir une concurrence loyale dans toute transparence. Or ceci, ne semble pas être aussi évident pour Sihem Ben Sedrine dans sa quête d’une posture politique, après ses casquettes de journaliste et de défenseur des droits de l’homme, qu’elle ne possède pas.


Sans vraiment m’étaler sur le plan concocté par Sihem Ben Sedrine pour forcer sa destinée politique ; la succession programmée à la tête du FDLT, la marginalisation jour après jour de Moncef Marzouki, son discours anti-islamiste, la grotesque manipulation d’un pseudo groupe de militants anonymes (dont Sihem Ben Sedrine ne démentira jamais les intentions), etc.. ; puisque ce n’est pas le but de ce texte, mais plutôt de pointer les méthodes peu orthodoxe d’une farouche défenseur de la liberté d’expression pour faire taire ces contradicteurs.
Dans ce destin politique qu’on veut forcer, contrôler les médias contestataires ou libres devient pour Sihem Ben Sedrine plus que primordial. Et Kalima est devenu l’outil approprié pour la réalisation de cette basse besogne ou Sihem et Oum Zied s’alternent mois après mois, dans des pseudos interviews ou articles, à dénoncer les pseudos dérives d’un net qui leur échappe.

Chacun de nous sait que Kalima ne possède pas sur le net l’aura qu’on essaye de lui prêter et que tout se passe ailleurs, sur les forums de discussion et les listes de diffusion. Dans les faits, pour Sihem Ben Sedrine, contrôler ces médias libres revient :

Premièrement, à les purifier de la graine contestataire en exerçant des pressions directes et/ou indirectes sur les administrateurs de ces sites. C’est dans cette logique qu’il faut interpréter la note de bas de page de Sihem Ben Sedrine ou son « …Ses points forts et ses faiblesses sont le reflets de l'opposition tunisienne, même si parfois les chargés de mission du pouvoir s'y infiltrent » à l’adresse de Tunisnews dans un but précis de mettre la pression sur les responsables de ces sites ou listes de diffusion pour qu’ils censurent, bannissent ou interdissent à leur publications ceux qu’elle estime être de la mauvaise graine. Pour lire enfin sous la plume de Zouhair Yahyaoui « Je refuse que Tunezine deviennent une tribune contre les démocrates » et assister de sa part à toute une campagne d’« éradication » et de diffamation à l’encontre de ceux qui ne pensent pas comme Sihem Ben Sedrine, Khameis Chammari, etc...

Deuxièmement, à marginaliser certains sites en les taxant d’islamistes, tel que Tunisnews ou Nawaat, en allant même à renier leur existence parmi les sites de l’opposition. Tout en insistant sur ce clivage entre opposition laïc éclairée et opposition islamiste rétrograde.

Troisièmement, en amadouant d’autres sites qu’on estime récupérable, tel que le Tunezine épuré ou le site de ReveilTunisien version droit de l’hommisme en les citant dans un rapport de RSF.

Enfin de compte, ce qui importe le plus pour Sihem Ben Sedrine dans cette quête d’une posture politique est de faire taire toutes les voix contestataires, qui par leur critiques et dénonciations pourraient faire échouer ses plans.

J’espère que Wechwech transmettra rapidement ma mise au point (ou droit de réponse) à Oum Zied, à Sihem Ben Sedrine et à toute l’équipe de Kalima. Personnellement, je ne me fais pas d’illusions sur la suite des événements. D’autres personnes, lointaines, proches, voir mêmes des soi-disant défenseur de la liberté d’expression des citoyens tunisiens, rien ne m’étonne plus de la pourriture de la politique et de l’opposition tunisienne, prendront la relève dans les diffamations quotidienne d’une telle ou telle personne qui a dépassé la ligne rouge dans ses critiques d’une certaine opposition, la même logique que celle de la dictature qu’on est sensé combattre.

Moi, je ne suis qu’un détail, comme chacun de nous devant la masse des tunisiens. La politique, les droits de l’homme et l’opposition sont loin d’être mon gagne pain, contrairement à certains. Il y aura toujours des consciences, même si je sais que ces consciences ne sont pas très nombreuses, pour dénoncer les manipulations et les magouilles des uns et des autres. Une chose est sure avec les outils d’expressions libres et l’esprit de dénonciation rien n’est plus comme avant ni pour le régime ni pour l’opposition.

* Cet article constitue mon droit de réponse aux différentes diffamations provenant de la part de Sihem Ben Sedrine, de Amor Mestiri, d’Oum Zied et de toute l’équipe de Kalima, pour que la boucle soit bouclée à jamais.

** Cette opposition n’a de démocratique que le nom. Dans les faits, elle ne fait que reproduire à l’identique les méthodes de la dictature.

*** Je tiens à signaler à Oum Zied que l’auteur de l’article « Trop de droit de l’homme tue les hommes » n’est pas anonyme, comme se plaisent à le dire certains manipulateurs. Mais il s’agit plutôt de la même personne qui lui a réalisé une interview, un dimanche matin du côté de la place St-Michel, pour le compte du site
www.reveiltunisien.org. Et si Oum Zied prenne le temps de jeter un coup d’œil sur son carnet d’adresse, elle trouvera à sa stupéfaction, mon Prénom et Nom ainsi que mon numéro de téléphone.

**** Oum Zied parle dans cette horrible interview d’une campagne médiatique orchestrée contre sa personne. Je pense qu’il s’agit plutôt d’un pur euphémisme de sa part, surtout lorsqu’on sait qu’elle est à peine citée dans mon petit texte, que d’une vraie campagne !!

mercredi, août 04, 2004

Recherche désespérément des démocrates bébés-éprouvette !!

A la lecture de la pseudo réponse de Zouhair Yahyaoui, suite à la publication de l’article de Mokhtar Yahyaoui sur mon blog, au-delà du règlement de compte interfamilial qui ne nous regarde pas, un constat s’impose. Zouhair Yahyaoui ne décrit pas ce qui est Mokhtar Yahyaoui mais plutôt de ce qui est Zouhair lui-même. Si on remplace dans cette pseudo réponse, le juge par fondateur de Tunezine, et l’état par le cercle restreint de SBS on apprend plus de la situation et l’état dans lequel se trouve Zouhair que d’une pseudo révélation sur Mokhtar Yahyaoui.

Oui Mokhtar Yahyaoui est un juge, il a servi des longues années sous la dictature (il a envoyé des gens en prison, c’est quand même un des rôles de juge d’envoyer des gens en prison s’il est avéré qu’ils sont coupables) et un jour confronté à l’injustice de la dictature il a décidé de se rebeller (n’est-ce pas Zouhair qui a crée une sous rubrique le juge rebelle ?). Cela tout le monde le sait et je ne vois pas encore où est le problème ? Je ne vois pas encore ce que reproche exactement Zouhair à Mokhtar Yahyaoui ? Sauf peut-être ce qui est Vraiment Zouhair Yahyaoui !!

Qui est-ce la personne qui es entrain d’étaler sa haine tous les jours sur la terre de petite dictature ? Qui est-ce la personne qui censure et banni toutes les personnes qui ne pensent pas comme lui et qui ne font pas parti de sa cour ? A ma connaissance, ce n’est pas Mokhtar Yahyaoui mais plutôt Zouhair, cela sont des faits constatés et montrés du doigt par plusieurs personnes, ce ne sont pas des fabulations ou des élucubrations de quelques-uns.

Oui hélas, le Zouhair Yahyaoui d’aujourd’hui est tout cela, un apprenti dictateur qui s’exerce (à la censure, au bannissement, à l’éradication, à la manipulation, etc..) dans une terre de petite dictature et qui est chauffé à bloc par une sœur et une concubine à l’instar d’un raïs en fin de règne ou d’un coq dans une cour. Lorsque la politique se réduit à ce genre d’histoire de famille, de cœur et de cul c’est la décadence de la politique et se sont les magouilles de l’état dans l’état qu’on est entrain de reproduire. C’est exactement cela que vit la Tunisie de 7 novembre et c’est exactement cela que vivent toutes les dictatures arabes.

Ensuite, Zouhair reproche à Mokhtar Yahyaoui son militantisme tardif !! Pourquoi est-ce que Zouhair est née démocrate ou militant ? Est-ce qu’il y a quelqu’un qui a rencontré Zouhair bébé démocrate ou militant ? N’est-ce pas l’impasse professionnelle dans laquelle il s’est trouvé qui a fait de lui ettounsi de Tunezine ? N’est-ce pas l’injustice qui a frappé son oncle qui a fait connaître Tunezine et la lettre du juge ? N’est-ce pas la connerie d’un régime et d’une police médiocre qui a fait de lui Zouhair Yahyaoui ? N’est-ce pas le soutien des amis, des proches, des ONG et des pressions internationales qui ont permis aujourd’hui à Zouhair Yahyaoui de se considérer un militant ou un démocrate pour initier une pétition ou penser avoir une certaine autorité morale pour épiloguer sur la Tunisie et sur la dictature.

Chacun de nous est différent, chacun de nous a son histoire et son parcours, chacun de nous a découvert l’injustice de cette dictature à sa manière et chacun de nous est devenu militant lorsqu’il ne pouvait plus supporté l’insupportable !! Et je pense que Zouhair n’a aucune autorité, quelle qu’elle soit, pour juger le combat ou le militantisme d’une telle ou telle personne ! Il est plutôt mal placé, ne faisait-il parti de cette masse d’anonymes lâches d’hier et qu’il dénigre aujourd’hui ? Je pense que Zouhair a raté une occasion de se taire au lieu de nous exhiber le charlatan qui se cache en lui !!

Aujourd’hui certaines personnes me disent que Zouhair n’est pas le bourreau mais juste la victime des courtisans et des courtisanes, devenant indispensables, qui le manipulent, qui l’isolent et qui le laissent faire jusqu’à l’affaiblissement pour qu’ils prennent les commandes de Tunezine le moment venu à la solde de qui tu sais. Ces mêmes personnes ajoutent, à juste titre d’ailleurs, que Tunezine a été médiatisé car il a publié la lettre du juge Yahyaoui et car il était un forum de discussion libre, ainsi Zouhair tirait une certaine légitimité de l’intérieur de pays. En dénonçant son oncle et en rendant impossible une participation libre au forum de discussion il n’a plus désormais sa légitimité de l’intérieur (les tunisiens, les forumiers). Maintenant que cette légitimité de l’intérieur est minée, et à l’instar de la dictature de 7 novembre qui s’en fout du peuple, il ne lui reste de légitimité que celle de l’étranger qui est entrain de le manipuler.

C’est vrai il y a du juste dans tout cela surtout lorsqu’on sait que c’est SBS, avec l’aide d’autres personnes, qui tire les commandes, à des fins personnels. Oui pourquoi pas, Zouhair est une victime !! Mais dans ce cas, même Ben Ali est une victime puisque lui aussi est manipulé par les courtisans et les courtisanes de la cour et qu’il tire sa légitimité de l’étranger et non pas du peuple !!

Avant de finir j’ai deux interrogations qui me tourmentent :

1- Je me demande vraiment ce qu’il est devenu de cette terre de petite démocratie pour qu’elle devienne une terre de petite dictature et de ses forumiers. Ces con-forumiers (en dehors des bannis et de ceux qui ne veulent plus écrire pour différentes raisons) qui postent le long de la journée des pseudos films, des pseudos feuilletons, des dépêches et des vrais fausses révélations, ces con-forumiers qui soit disant défient la censure de la dictature pour qu’enfin de compte se mettent à quatre pattes, tels que des moutons, devant un dictateur en herbe et de ne pas oser publier une critique portant sur leur terre de petite dictature (le texte du juge Yahyaoui) !! Seraient-ils des adeptes du « courage !!, fuyons » ?


2- Aussi, comme un chacun, je me pose des questions sur la facilité avec laquelle Zouhair puisse se connecter et poster de Tunis, bien sur s’il poste de Tunis !! Soit le régime juge que Zouhair est fini et il le laisse faire, Soit Zouhair a fait un deal avec le régime (ce qui explique les dépêches vides et les posts d’oppositions clownesques qu’il poste le long de la journée), enfin Soit Zouhair est un pion dans une partie d’échec qui le dépasse et qui se joue à d’autres niveaux (ce qui est probable aussi) !!!

Back to life, back to reality

mardi, août 03, 2004

Terre de Petite Dictature

Aujourd’hui, je comprends pourquoi ce texte de Mokhtar Yahyaoui a été censuré illico presto du forum Tunezine et pourquoi des menaces ont fusé de tous les côtés à l’encontre de son auteur.

Comme dans toute dictature, Tunezine, la dictature en miniature (la terre de petite dictature), recours comme sa grande sœur celle de 7 novembre aux mêmes méthodes. La différence entre les deux dictatures n’est que question de moyens.
Les falsificateurs, les éradicateurs, les imposteurs ont tous les mêmes méthodes. Leur rôle réside dans la falsification, l’éradication et la censure de toutes opinions ou personnes qui iront à l’encontre de leur réécriture de l’histoire et de leur pensée unique qu’ils essayent d’imposer à n’importe quel prix.
Aujourd’hui, les manipulations des forumiers sont devenues une monnaie courante dans cette terre de petite dictature, il n’y a que voir la logique de censure de certains posts, les pseudos bannis du forum (il y a quelques jours mon pseudo était parmi les pseudos bannis alors que j’ai même dis que je ne réécrirais plus sur le forum de Tunezine !!) et le « nettoyage ethnique » à l’encontre de ce que le fondateur de ce site appelle les verts.

Le texte ci-dessous de Mokhtar Yahyaoui illustre bien la naissance de cette petite terre de dictature, qui est Tunezine. On ne peut qu'espérer que cette terre de petite dictature n’aura jamais les moyens de sa grande sœur la dictature de 7 Novembre, les tunisiens méritent mieux que des dictateurs et des dictateurs en herbe.

Mourad Dridi

---------------------------------------------------------------------------------------------

3 ans Déjà : TUNeZINE a l’heure de bilan

Ce forum a pour objectif la lutte contre le régime dictatorial de Zine El Abidine Ben Ali et l'information concernant les violations des Droits de l'Homme, ainsi que la défense de ces derniers. Ceux dont l'activité principale est de saboter le travail effectué et nuire aux énergies mises en oeuvre à la poursuite de cet objectif n'y ont pas leur place.

Langue de bois me dites-vous ? Non, c’est bien le nouvel ordre de mission
Ouvrez votre forum et commencez à lire la diarrhée qui coule à flot. Vous n’auriez pas le courage de continuer longtemps. Votre conviction est vite faite. Cette mission a bien un nom : ERADICATION.


La déclaration du 7 novembre de TUNeZINE


TUNeZINE est un magazine électronique tunisien, fendu par ettounsi le 2 juillet 2001 et défendu depuis par des bénévoles anonymes qui oeuvrent en faveur du respect des droits inaliénables de l’être tunisien. Son action s’appuie essentiellement sur la collecte et la divulgation de l’information censurée en Tunisie et la rédaction et la publication d’articles ou toute autre forme d’exercice du droit à la liberté d’_expression. TUNeZINE est indépendante de tout organe gouvernemental, de toute entité économique, de toute tendance politique ou croyance religieuse. Elle ne soutient ni ne rejette aucun parti politique ni penchant religieux, pas plus qu’elle ne défend ni ne repousse les convictions idéologiques des victimes de la dictature du général Zine el Abidine Ben Ali. Sa seule et unique préoccupation est de contribuer impartialement à la protection et à la défense des droits humains et à l’édification de la Tunisie plurielle. TUNeZINE est en fin de compte pitoyablement censuré, depuis sa création, par l’agence tunisienne de l’Internet, mais les voies du netoyen tunisien sont interminables.

Pour concourir, écrire désormais à : contact@tunezine.com, et participer aux discussions sur le
forum de TUNeZINE

La charte Nationale de TUNeZINE


Les raisons d’être de TUNeZINE sont :

La promotion du pluralisme et de la liberté d’_expression, sans concession aux pressions du régime tunisien et au politiquement correct,

La démocratisation de l’accès des citoyens et des citoyennes, des netoyens et netoyennes et des militants à l’_expression, à la création et à la communication,
La lutte contre la censure et l’auto-censure de la presse et de l’internet,

Le développement d’une création, d’une _expression et d’une information radicalement alternatives à l’offre du regime de Ben Ali et de sa presse molle et décervelée, dans le cadre de l’émergence d’un vrai e-journalisme,

La transformation de la presse, trop souvent facteur d’aliénation, en outil d’action et d’émancipation. Le forum étant lui vecteur de communication, d’échanges et de propositions.

TUNeZINE est ainsi un contre-pouvoir netoyen soutenant la production et la diffusion d’articles ou d’informations, censurés, sous-exposés ou ignorés par le régime dictatorial tunisien, que ces œuvres soient réalisées par des "amateurs", "anonymes" ou par des "personnalités" de la diaspora tunisienne.
TUNeZINE est attaché :

À la défense des droits humains contre toute forme d’injustice, d’oppression et de discrimination,

À la lutte contre les pratiques et les idéologies d’exclusion sociale, religieuse, économique, financière, culturelle, raciale, xénophobe, homophobe et sexiste,

TUNeZINE a ainsi vocation à être un espace de contestation et de cybversion. TUNeZINE favorise l’_expression des différents groupes et courants socioculturels. Elle apporte une attention particulière à celles et ceux qui sont les plus exclus du droit d’accès à la parole. C’est pourquoi elle accorde une place importante aux brèves et communiqués issus de la vie associative, des ONGs, des corporations professionnelles militantes, des collectifs informels issus des actions de terrain et de la société civile résistante de façon générale.

TUNeZINE s’interdit toute complaisance vis-à-vis du pouvoir et son parti politique (le RCD), et toute connivence avec ceux qui les dirigent, afin de délivrer une information et une contre désinformation honnête.

TUNeZINE est avant tout un magazine électronique éditorialisé, qui diffuse les articles citoyens qui lui sont proposés par des acteurs du web tunisien, quels que soient leur contenu et leur qualité technique.

Le seul critère de sélection de ces articles est leur compatibilité avec la présente charte éditoriale et déontologique, et avec les lois et règlements en vigueur dans le pays d’hébergement du site (France).

TUNeZINE est aussi un site avec des rubriques qui illustrent le calvaire de la population au quotidien, la souffrance et l’injustice que subissent les prisonniers d’opinion.

Le site a aussi pour vocation aussi de rassembler toute la documentation des organismes internationaux qui travaillent sur la Tunisie.

Ainsi que la promotion de la vraie culture tunisienne en permettant aux netoyens de stocker leurs œuvres culturelles, littéraires, poétiques, ou artistiques.

Le programme de la république de demain de TUNeZINE

TUNeZINE est également un forum public modéré a posteriori, qui donne à ses membres l’occasion de se rencontrer et d’échanger des idées.

Dans le forum TUNeZINE, comme dans une véritable communauté, vous pouvez avoir des opinions divergentes et, comme dans la vie réelle, être confronté à des règles de vie ou même à des restrictions légales différentes des vôtres lorsque vous participez à un service basé dans un autre pays.

La vie au sein d’un forum est bien plus agréable si les personnes qui participent aux discussions respectent certaines règles. En voici quelques unes qu’il est bon de garder à l’esprit :

Ne provoquez, n’insultez ni ne menacez aucun autre intervenant.

N’envoyez aucun contenu qui soit obscène ou indécent.

Essayez de ne pas vous éloigner du sujet. Si vous voulez discuter d’un sujet qui n’est pas lié au message posté à la racine du fil de discussion auquel vous participez, vous avez tout loisir de poster un autre sujet et de créer un autre fil de discussion.

Abstenez-vous d’utiliser ces services à des fins commerciales ou promotionnelles, ou dans un but illicite. Veillez à ne pas faire de "spam".

N’envoyez pas de contenu portant atteinte aux droits d’autrui, tel que des documents diffamatoires ou utilisant un matériel protégé par le droit d’auteur sans l’autorisation du titulaire de ce droit.

Les modérateurs ne modifient pas le contenu de vos posts sur le forum. Les envois qui ne respectent pas ces règles de bonne conduite ou la présente charte éditoriale et déontologique peuvent conduire à leur suppression, sans préavis. En conséquence, toutes les réponses qui y sont associées seront elles aussi supprimées (pas d’autres solutions techniques).

A son troisième anniversaire TUNeZINE comme le régime du 7 novembre en 1990. rappelez vous ces journaux de caniveau qui ont envahi notre pays en ce temps là , ces cassettes pornos montées contre certain prisonniers alors qu’on assassinait leurs camarades sous la torture et qu’on violait leur femmes prises en otages pour contraindre ceux qui ont échappé à se présenter à leur bourreaux.

Aujourd’hui TUNeZINE s’insère dans la même mission sur fond de scandales de viols et d’assassinats. Mais cette fois la peur a changé de coté, tout ceux qui se sont trouvé en réalité dans la posture de minables harki de la dictature sont en train de donner des signes de panique flagrant.

Merci à Geta-Nour d’avoir bien décrit les imposteurs de ce pays. Bientôt ils vont se taire à jamais. Pour TUNeZINE il ne reste plus grand-chose à sauver, les alliés de Hizb Eddik peuvent encore chanter.

Yahyaoui Mokhtar
02 07 2004